mardi 5 juin 2012

Trip de bouffe à Lisbonne!

Après avoir réservé nos vacances en janvier, le temps était enfin venu pour Miss Kiwi et moi d'aller profiter du Portugal. En espérant que le soleil serait de notre côté, car nous étions cruellement en manque de vitamine D! Notre souhait a été exaucé pour la majeure partie de notre séjour et la chaleur s'est aussi joint à nous, ça nous a fait du bien.

Nous avions réservé nos billets avec TAP Portugal, la compagnie aérienne nationale, donc nous avions droit à un bagage enregistré et moi à des points aeroplan puisque la compagnie fait partie de Star Alliance. Mais ce n'est pas parce qu'on vole avec une compagnie digne de ce nom que le vol sera tranquille, oh que non! J'ai encore eu la chance de partager le vol avec une gang de gars qui partaient pour un enterrement de vie de garçon à Marrakech et qui faisaient escale par Lisbonne. Pas très reposant... surtout qu'ils étaient dans notre rangée, évidemment!

L'aéroport de Lisbonne n'est pas très loin du centre-ville, environ 20 minutes en autobus. De plus, en sortant du terminal, les premières choses que l'on voit sont les palmiers et l'océan, un paysage plus que rafraîchissant! Le trajet d'autobus est aussi au coeur de la ville, pas sur une autoroute grise. On peut apprécier le paysage plutôt coloré que nous offre Lisbonne.

Je crois que ce qui nous a le plus frappées quand nous sommes arrivées, c'est à quel point Lisbonne est une ville lumineuse. On a su plus tard que c'est à cause du pavé qui est blanc et qui reflète la lumière du soleil. Donc la ville est entièrement couverte de pavé aux différents motifs. Voici la vue de notre chambre d'auberge de jeunesse, Travellers House.

Cela faisait longtemps que j'entendais parler de cette auberge, elle a d'ailleurs gagné de nombreux prix, dont celui d'auberge de jeunesse de l'année dans le monde à quelques reprises. J'avais hâte de voir ce que cette auberge avait de si spécial. Comme je choisis toujours mes auberges selon la cote de satisfaction des voyageurs, je n'ai jamais vraiment eu de mauvaises surprises et j'ai toujours été extrêmement satisfaite de mon hébergement. Je suis une cliente dure à impressionnée je crois, puisque j'ai visité plus de 45 auberges réparties sur 3 continents. Donc, je recommande fortement le Travellers House, mais je n'ai pas vu la chose extraordinaire qui différencie cette auberge de toutes les autres que j'ai visité au cours des 6 dernières années.

Nous n'avions pas prévu faire de voyage gastronomique au départ, mais notre voyage s'est vite transformé en itinéraire culinaire. Le personnel de l'auberge a bien su nous conseiller plusieurs restaurants à la cuisine typiquement portugaise. À Londres, il y a la chaîne de restaurant Nando's qui prétend faire du poulet piri-piri à la mode portugaise... ouf on est vraiment loin de l'authenticité!!! C'est au Restaurante Bonjardim que nous avons vraiment goûté l'authenticité du poulet piri-piri. Mais qu'est-ce que le poulet piri-piri me direz-vous? En premier lieu, le piri-piri c'est une huile au chili, très très très épicée. L'huile est en permanence sur la table, comme le sel et le poivre. Elle est dans un plat qui ressemble à un cocotier avec un petit pinceau pour l'étendre (avec parcimonie) sur votre poulet. Disons qu'on a été intrigué à la première vue de ce pinceau,  car le petit manche du pinceau ressemblait plutôt à un mégot de cigarette... mais ce n'était qu'une impression! J'aurais dû prendre une photo, mais j'étais trop occupée à me lécher les doigts. Désolée!

D'ailleurs, une chose qu'on a vite apprise après ce premier souper, c'est que ce n'est pas parce que le pain, le fromage et les olives se trouvent déjà sur la table quand vous arriver que cela est inclus dans votre repas, si vous les manger, vous les payez! Qu'à cela ne tienne, on les a mangés et c'était bon. La majorité des fromages offerts dans les restaurants seront au lait de brebis. Je n'avais jamais vraiment mangé de fromage de brebis auparavant, c'est très bon, ce sont des fromages à pâte plutôt ferme et le centre peut être grumeleux, mais bien étendu sur le pain, un vrai délice! Rien à voir avec le fromage de chèvre, duquel je ne suis pas une grande fan!

Après le repas, nous avons essayé l'alcool local à la suggestion de nos voisins de table américains de chez Bonjardim, le ginjinha, un alcool de cerises griottes. Le ginjinha est servi dans de multiples petits comptoirs du genre qu'on retrouve aux quatre coins de Lisbonne. On voit vraiment des gens de tous les âges, des touristes, mais surtout des Portugais, boire des petits verres de ginjinha dans les rues.

Nous avons fait un petit tour de Lisbonne à la belle étoile. Comme les pavés sont blancs et reflètent la lumière, donc même la nuit ne semble pas si noire à Lisbonne. Nous étions à Lisbonne lors du phénomène astronomique qui nous permettait de voir la lune beaucoup plus grosse qu'à l'habitude.

Nous en avons profité pour prendre l'ascenseur de Santa Justa qui coûte 5 euros. L'ascension est rapide et on ne voit pas à l'extérieur. On s'est vite rendu compte qu'on s'était un peu fait avoir, car on peut accéder au belvédère gratuitement près de l'entrée du musée d'archéologie du Convento do Carmo. L'entrée est aussi incluse dans le prix du billet d'autobus pour l'aéroport et dans le billet quotidien de métro! Bref, on aurait pu facilement économiser 5 euros. On a une belle vue de Lisbonne, mais si vous pouvez éviter de payer 5 euros je vous le recommande!

Londres est une ville très plane, Lisbonne quant à elle est située entre 7 collines ce qui fait qu'on monte et descend et qu'en se promenant dans les rues, on ne sait jamais si la rue que l'on descend va croiser la rue que l'on veut atteindre ou si elle va passer par dessus comme un pont! Bref, ça muscle de parcourir Lisbonne à pied, mais avec tous les pavés, disons que je salue les filles qui osent toujours sortir en talons hauts! Une collègue m'avait dit qu'elle avait d'ailleurs fait un tour guidé des 7 collines dénommé King of the Hills avec  la compagnie We Hate Tourism Tours. Comme elle me l'avait chaudement recommandé, Miss Kiwi et moi avions fait une réservation en février, puisqu'il n'y a que 7 places par Jeep. Malheureusement pour nous, notre expédition a été annulée quelques jours à l'avance, puisque le Jeep était au garage... On nous a donc offert le X-Daytrip pour le même prix que notre réservation initiale. Nous économisions donc 10 euros et notre visite allait durer toute la journée au lieu d'une matinée, genre de deal qui ne se refuse pas! Ce fut finalement un très bon échange, même si je suis convaincue que toutes leurs excursions doivent être aussi géniales les unes que les autres. Nous sommes donc allés à l'aventure avec notre guide (dont j'ai oublié le nom, honte à moi!) et 6 autres passagers à bord de notre magnifique minivan jaune!
Photo: KR
Je n'avais pas lu la description du X-Daytrip avant de partir, donc chaque arrêt était une surprise. Nous avons donc pris l'autoroute pour nous rendre à Sintra, un petit village membre du patrimoine mondial de l'UNESCO. Premier arrêt à Sintra, une petite boulangerie reconnue pour ces queijadas, de petites pâtisseries à la cannelle. Un pur délice, j'en ai même acheté un paquet pour les filles du bureau, quand la dame du comptoir m'a affirmé qu'elles restaient fraîches jusqu'à 14 jours dans leur emballage de papier.

Après nous être sucré le bec, nous avons fait le tour de Quinta de Regaleira. le rêve d'un millionnaire qui s'est fait bâtir un manoir dans un parc remplit de grottes, de tourelles, de statues de la mythologie, le tout dans une colline à la végétation luxuriante. Selon le guide, c'est l'un des secrets les mieux gardés du Portugal selon l'équipe de We Hate Tourism Tours. Et pour 6 euros l'entrée à plein prix, ça vaut la peine! Un conseil, ne vous fiez pas au plan remis à l'entrée, le dessinateur ne l'a vraiment pas fait à l'échelle, on s'est plus perdue que d'autre chose en suivant la carte!!!



Une fois notre expédition dans la nature terminée, nous avons repris la minivan pour aller manger à même le bord de la route! La cantine roulante nous a servi un pain contenant du chorizo cuit dans un four à bois, soit un pao com chouriço da paia.
Photo: KR
Une fois encore, c'était servi avec du fromage et des olives, en plus de vin rouge. Le tout inclus dans le prix de l'excursion! Le fromage servi était fait d'un mélange de lait de vache, de chèvre et de brebis, très bon. Le guide nous a aussi fortement suggéré de mettre le fromage dans nos sandwichs, car comme ils étaient bien chaud, le fromage fonderait. Excellente suggestion, j'avais l'impression de manger une pizza pochette typiquement portugaise!
Photo: KR
Après deux-trois verres de vin, disons qu'il y avait de la joie dans la minivan, ça jasait fort! On s'est fait conduire jusqu'à Cabo da Roca, le point le plus à l'ouest de l'Europe continentale, soit l'endroit le plus près de Montréal où je me suis trouvée au cours de la dernière année!

La vue était à couper le souffle, je ne sais pas combien de temps nous sommes restés là, mais on aurait dit que le temps était suspendu et qu'on se laissait emporter au rythme du paysage.

Après avoir un peu dégrisé de notre vin à l'heure du dîner. Nous sommes allés à la plage de Guincho. Comme il vente toujours à cet endroit, la plage est très réputée pour la planche à voile et autres sports qui ont besoin de vent. Comme c'était seulement le début de mai, l'eau était encore très froide et tous les braves qui faisait du surf avant un wetsuit très couvrant. J'ai quand même osé me mouiller les pieds un peu. Vous pouvez deviner la température de l'eau de par mon expression faciale!

Nous avons repris la minivan pour longer la côte de Cascais. J'avais fait un petit vidéo, si l'image est belle, le son du vent à pleine allure dans le micro de la caméra est assez agressant merci! je vous passe la torture et je mets seulement une photo!



Le guide, voulant nous faire goûter à tout, s'est arrêté à Cascais pour manger une crème glacée chez Santini. D'ailleurs, nous avons remarqué plus tard au cours de la fin de semaine qu'il s'agissait d'une chaîne et nous ne nous sommes pas fait prier pour y retourner. 
Fraise/chocolat et kiwi/citron
Après notre escale à Cascais, nous sommes allés en direction de Bélem où se trouvait jadis le port d'où tous les bateaux des grands explorateurs ont quitté pour découvrir le Nouveau-Monde. On y trouve d'ailleurs un monument en leur honneur.

Il y a d'ailleurs une carte du monde reproduite dans le pavé, donc je peux dire que j'ai littéralement mis les pieds au Québec pendant que j'étais à Lisbonne!

C'est aussi à Bélem que nous avons fait notre dernier arrêt gastronomique. Si on retrouve les pasteis de Bélem un peu partout à Lisbonne, rien de se compare à l'original. Il s'agit de petites tartelettes aux oeufs, saupoudrées de sucre à la cannelle, un vrai délice! C'est ainsi que s'est terminée notre excursion avec We Hate Tourism Tour. Je crois en avoir eu pleinement pour mon argent, j'ai vraiment aimé le fait qu'on visitait les alentours de Lisbonne, ce qui nous donnait la liberté à Miss Kiwi et moi de voir ce qui nous plaisait à Lisbonne le lendemain.

Après une belle journée à découvrir les secrets gastronomiques du Portugal, quoi de mieux que de continuer nos découvertes en allant manger un steak sur une pierre. Bon ça semble louche comme repas dit comme ça, mais je m'explique. Donc à l'auberge encore une fois, on nous recommander d'aller dans un minuscule restaurant familial, qui s'appelle Cabaças. Pas nécessairement facile à trouver, car il n'a pas d'enseigne à l'extérieur, le nom du restaurant apparaît seulement en en-tête du petit menu exposé à côté de la porte d'entrée. Il doit y avoir maximum 50 places dans le restaurant, donc mieux vaut arriver de bonne heure. Nous sommes arrivées vers 19h, il n'y avait presque personne à l'intérieur, mais cela s'est très vite rempli, car les Portugais mangent tard, genre vers 21h. Miss Kiwi ne mange pas de boeuf, donc elle s'est laissé tenter par la brochette de calmar, mais je crois qu'elle était virtuellement la seule à ne pas avoir mangé le fameux steak sur une pierre. Donc, je m'explique. On vous apporte votre steak cru qui est sur un bloc de pierre (moi qui m'attendais à une roche, un peu déçue!) et c'est vous qui le faites cuire vous-même. On vous sert le tout avec des petites trempettes style dijonnaise et mayo/ketchup, ainsi qu'avec du gros sel. On peut avoir le steak en tranche, mais moi j'ai opté pour un gros morceau, tout simple. Je mange rarement du steak en Angleterre, car je trouve que la viande n'est pas terrible, mais là, ce steak sur une pierre, oh que c'était bon!!

Comme je faisais face à tout le restaurant, j'expliquais à Miss Kiwi que tout le monde dans le restaurant avait le visage vraiment rouge. Elle m'a confirmé que je faisais partie du lot. La pierre dégage tellement de chaleur que ça nous monte au visage, mais vous pouvez en demander une nouvelle si vous ne trouvez plus la température à votre goût! Mais bon, je me foutais un peu de la couleur de ma face, car j'étais en train de manger un des meilleurs steaks de ma vie! Et ce n’était vraiment pas cher, si je me souviens bien le steak était environ 10 euros.

Après ce repas, nous avons roulé jusqu'à l'auberge. Ensuite, nous avons essayé de trouver un bar où sortir le samedi soir, mais si les Portugais vont soupé vers 21h, on s'entend que c'est bien normal qu'il n'y ait pas de bar d'ouvert avant 23h. Pour deux filles qui viennent d'un pays où les bars ferment à minuit, commencer à sortir à 23h c'est difficile sur l'horloge biologique. Avec notre journée dans le corps, on est restée à l'auberge dans nos pyjamas.

Le dimanche, nous avions décidé d'aller faire un tour au château de São Jorge qui surplombe Lisbonne. Comme on se trouve tout en haut de la colline, il était hors de question d'y aller à pied, nous avons donc opté pour un des trams qui sillonnent la ville. Je ne pense pas que nous aurions réussi à faire un meilleur choix! La montée déjà difficile pour le tram, alors imaginez pour nos pauvres jambes!
Photo: KR
Une fois arrivées en haut, nous avons pu profiter de la vue qui était à couper le souffle! Nous avons ensuite un peu galéré pour trouver l'entrée du château, mais c'était parce que nous étions absorbées par le paysage. Une fois sur place, nous avons fait une petite pause pour nos pauvres jambes. Nous avons ensuite acheté nos billets pour le château. Une fois sur la terrasse du château, la vue sur Lisbonne est éblouissante. Il y a beaucoup de bancs qui permettent de se prélasser au soleil en profitant de la vue! Le château est en fait des ruines, donc tout se passe à l'extérieur, super quand il fait beau, mais si vous pensez faire cette visite pour fuir la pluie, vous allez être bien mouillé avec les deux pieds dans la boue. Donc, il s'agit plus d'un site archéologique ce qui peut en décevoir plusieurs, dont nous, on ne s'attendait pas vraiment à ça... La vue vaut quand même la peine et pour les familles c'est assez chouette pour faire un pique-nique.
Miss Kiwi et la vue de Lisbonne à partir du château. Photo: KR
Cela nous a quand même permis de tuer le temps en attendant l'ouverture du restaurant de Chapitô, l'école de cirque de Lisbonne. Ce resto était un arrêt obligatoire, il nous avait été recommandé par une ex-collègue à moi d'origine portugaise, le guide de We Hate Tourism Tours et les employés de l'auberge, et pour cause, cela aurait été un sacrilège d'ignorer cette expérience culinaire. C'était déjà établi que Miss Kiwi et moi voulions un après-midi de pacha, donc un long dîner pour se la couler douce. Nous avons opté pour une bouteille de vin rouge maison avec entrée de fromage et de pain.  Une nouveauté concernant le fromage, il nous a été servi fondu avec des craquelins et du miel aux noix de Grenoble, une spécialité de la région. J'aime le miel, mais je n'en raffole pas particulièrement, mais le mélange avec le fromage, c'était franchement très bon. J'ai même fini le pot de miel en raclant les bords avec une tranche de pain, pas nécessairement élégant, mais il n’était pas question de faire du gaspillage.  C'était tellement bon que nous en aurions repris un autre, mais nous nous sommes retenues.

Chapitô est un endroit réputé et avec une belle terrasse comme ça, ce n'est pas étonnant que ce soit si populaire. Bref, les serveurs n'ont pas vraiment le temps de souffler, mais ils ont quand même le temps de réaliser leur erreur. Miss Kiwi était servie et moi j'attendais toujours mon poisson du jour! Le serveur avait carrément oublié ma commande, l'erreur est humaine et l'attente valait la peine. Il s'agit probablement du meilleur poisson que j'ai mangé de ma vie! C'était aussi la première fois qu'on me servait le poisson entier, tête et queue incluses.

Après ce savoureux repas, nous avons lentement terminé notre vin et sans prendre de dessert tellement nous étions bien remplies! Nous aurions pu facilement rouler toute la côte qui nous séparait de l'auberge. Nous sommes tombées sur une petite épicerie au retour où nous nous sommes arrêtées pour acheter des bouteilles d'eau. Ah tiens l'eau se trouve dans la même rangée que le vin! Le Portugal est un producteur de vin, mais franchement je ne m'attendais pas à de si bons prix. La moyenne tournait autour de 3 euros. Oui oui 3 euros, vivement les bagages enregistrés j'ai fait le plein de vin rouge, car en Grande-Bretagne le choix n'est pas fameux et les prix sont chers.

Quand fut le temps de trouver un resto pour le souper, Miss Kiwi et moi étions bien d'accord de faire une pause de bouffe portugaise et de vin. Je pense franchement que mon corps n'est plus habitué de manger autant de viande en si peu de temps. Le repas de pâtes avec mojito était plus que bienvenu.

Une chance que nous partions assez tôt le lundi après-midi, car il pleuvait à boire debout. La pluie c'est moche, mais je crois que c'est encore pire un lundi, car la majorité des musées sont fermés. Nous aurions voulu visiter le MUDE, musée du design et de la mode, mais comme il faisait si beau à l'extérieur et que le soleil s'était fait très rare à Londres, nous avons passé notre tour. Cela aurait l'activité parfaite pour terminer notre séjour. Nous avons quand même bravé la pluie pour aller au bureau de poste pour envoyer les cartes postales de Miss Kiwi faites de liège, le Portugal étant le plus grand producteur de liège au monde.

Avec toute cette pluie, nous nous sommes payé le luxe du taxi pour nous rendre à l'aéroport. À l'auberge, on nous avait dit que notre course de taxi pourrait nous coûter entre 15 et 20 euros selon notre chauffeur. Je crois qu'on est tombé sur le meilleur chauffeur de Lisbonne, car cela nous a coûté un gros 12 euros AVEC le pourboire!

Notre vol a été beaucoup plus calme au retour qu’à l'aller à notre plus grand bonheur. Nous avons eu droit au même sandwich au saumon fumé qu'à l'aller, à notre plus grande déception. Nous aurions dû cocher repas végétarien lors de l’enregistrement en ligne. À l’arrivée, nous nous sommes fait sermonner par le douanier, car nous sommes allées toutes les deux à son kiosque comme nous l'a demandé la répartitrice. Alors que l’an dernier, au retour du Munich, Miss Kiwi c’était aussi fait sermonnée parce qu’elle était allée à un kiosque différend du mien. Vive la communication aux douanes et bienvenue!

Pour les photos, c'est ici.

1 commentaire: